Poème « A mon Argonne ! » – Adjudant Babin

Ce poème a été écrit par l’Adjudant Babin appartenant au 41° Régiment d’Infanterie et non au 41° Régiment d’Infanterie Territoriale comme mentionne le document original. En effet, cette dernière unité n’a jamais combattue en Argonne.

A mon Argonne !

I

Depuis que le Germain a foulé notre sol
Et que, pour le guetter, l’avion prend son vol
Je n’entends plus le vent qui mugit dans tes chênes
Et fait courber le front des charmes et des frênes :
Je ne vais plus m’asseoir au fond de ces ravins
Pour goûter la fraîcheur et la paix des matins.

II

Et je ne revois plus tes rendez-vous de chasse
Tes coins marécageux d’où s’enfuit la bécasse
Ni « Fontaine-Madame » ni le beau « Pont d’Argent »
Où les pigeons ramiers roucoulaient tendrement,
Le sauvage Teuton profane ta parure
Et voudrait affaiblir ta robuste nature.

III

Autrefois de Brunswick les sanglants hobereaux
Avaient déjà foulé tes cols et tes coteaux ;
Thermopyles sacrés d’une France nouvelle
Tes jolis défilés aux cimes en dentelle
Avaient vu l’ennemi, à l’orée de tes bois
S’avancer de Verdun sur le vieux sol gaulois.

IV

Kellermann accourut avec ses jeunes troupes
De courtauds, de rustauds, qu’il dispose par groupes ;
Dans un élan sublime, comme les vieux troupiers,
Ils étonnent le monde, ces braves va-nu-pieds.
Au moulin de Valmy, la nation entière
Venait de préparer sa nouvelle frontière.

V

Les nobles héritiers de ces mâles héros,
Des barbares modernes ont fait tourner le dos.
Aujourd’hui dans tes bois ils se couvrent de gloire
Ces guerriers immortels de notre sol meurtri
Et chacun de tes noms redira leur histoire :
Bagatelle, Bolante, et le Four-de-Paris.

VI

Les gars de Normandie et ceux de la Lorraine
Attaquent l’Allemand avec la même haine ;
Sortant de leurs tranchées, sous les casque d’airain
Tous font leur devoir, marchent avec entrain.
L’épopée changera leurs souffrances, leur gloire
Car ils auront peine pour forcer la victoire.

VII

La glaise de « Houyette » formé leurs cagnas
Et à « la Harazée » ils sont dans les villas,
Dans les bois de Grurie et ceux de Courtes-Chausses
Ce n’est pas sous la tente qu’ils vont faire leurs pauses
Ayant pour toit le ciel et les cimes des pins
Sans songer à leurs maux, ils sourient au destin.

VIII

A Cheppy, à Varennes, et dans les bois de Hesse,
Nuit et jour, en hurlant la mort fauche sans cesse,
Et à la « Fille-Morte » une mine a sauté
Répandant tout autour sa lugubre clarté,
Chasseurs et diables noirs, ainsi que des panthères,
Bondissent sur la brèche, … et appellent leurs mères.

IX

La « Haute-Chevauchée » au flanc de tes coteaux
Les reçoit dans ses hêtres et ses sveltes bouleaux,
Et d’un œil exercé, en rampant sur les sentes
Du ravin « St-Hubert », ils ont scruté les pentes ;
L’ennemi découvert, tout près du camouflet.
Regagne son guitoune, au coup de leur sifflet.

X

Annales de l’histoire, dites un jour leur tâche
Qui rappelle nos gloires du lointain moyen-âge,
Car ils ont la vaillance des preux de l’ancien temps
Les fils de notre France, âgés de vingt printemps.
A Vauquois, à Boureuilles, les bourgeois et la plèbe
Se mêlent à l’assaut, … sont unis dans la glèbe.

XI

Où sont tes bûcherons, au solide jarret,
Hôtes toujours fidèles de ton âpre forêt ?
Tes fontaines joyeuses, tes cascades légères
Ne chanteront donc plus au milieu des fougères !
Ne respireront plus le parfum des fraisiers !

XII

J’entrevois ta blessure, je souffre ton martyre,
La douce voix des chênes ne tente plus ma lyre ;
D’une brume de deuil tes grands bois sont voilés.
Et ils ne chantent plus, tes messagers ailés.

… … … … … … … … … … … … … … …
Mais tu trouveras, aux jours de la vengeance,
Ton agreste beauté, sous notre ciel de France.

Adjudant BABIN,
41° Terr. d’Inf.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Poème « A mon Argonne ! » – Adjudant Babin »

  1. Mon grand-père a été blessé à Fontaine Madame le 4 décembre 1914, J’ai foulé ce lieu en sa mémoire. Ce poème est très beau et me touche profondément. Jean

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s