L’Arbre Sanglant

De nos jours, l’Argonne est surtout connue pour être une vaste massif forestier traversé par trois rivières, l’Aisne à l’Ouest, l’Aire à l’Est et la Biesme en son centre.

 Au début de la Grande Guerre, la forêt n’étant pas propice aux manœuvres de la guerre de mouvement, les armées françaises et allemandes vont soigneusement contournées le massif par les vallées de l’Aisne et de l’Aire. Fin septembre 1914, avec la stabilisation du front, elles vont rapidement devoir effectuer la liaison avec les unités défendant la plaine de Champagne, en traversant les bois et les ravins. C’est ainsi que pendant les quatre ans, les soldats se battront en plein cœur d’une région accidentée et humide.

Vienne avant guerre

Vienne-le-Château avant la guerre – Collection E.M.

Au fil des mois, les obus français et allemands vont décimer la forêt, mais les premiers combats ont lieux au beau milieu des arbres. Les combattants manœuvrant déjà sur un terrain difficile, sont en plus confrontés à des problèmes d’orientation. Dans de telles conditions, comment savoir où se trouve l’ennemi? Cette végétation perturbe également les artilleurs, dont les projectiles doivent d’abord traverser la canopée avant d’atteindre le sol,  rendant quasiment impossible le réglage précis des pièces. Pour espérer toucher leurs cibles, ils multiplient les tirs, mais parfois l’un d’eux rebondit à la cime d’un arbre avant de s’écraser au sol.

Le 11 décembre 1914, le 128° Régiment d’Infanterie, qui est cantonné à Moiremont (1° et 3° Bataillons) et à Chaudefontaine (2° Bataillon) depuis le 9, reçoit l’ordre de relever le 72° Régiment d’Infanterie au Nord de Vienne-le-Château. Pour rejoindre ses positions combats, la 6° Compagnie traverse le parc de l’ancienne Hostellerie d’Argonne, mais en arrivant à proximité du bâtiment :

« Un obus de 105 est tombé sur la 6° Compagnie, formée en colonne de compagnie, à Vienne-le-Château, près du coteau de Saint-Thomas. Il nous tue 1 Adjudant, 18 soldats, en blesse 44. Le Lieutenant BOUCLE est blessé d’un éclat. »


Extrait du Journal des Marches et Opérations du 128° Régiment d’Infanterie

Service Historique de la Défense – 26 N 686/6

Hostellerie Argonne

Cagnas français dans le parc de l’Hostellerie d’Argonne – Collection E.M.

Les corps déchiquetés des soldats Samariens sont projetés dans un arbre du parc. Ce Tulipier de Virginie (ou du Japon selon les sources) est depuis lors surnommé l’Arbre Sanglant.

 Coordonnées G.P.S. : N 49° 11′ 28,8″ – E 004° 53′ 06,8″

Vienne-le-Château blog

L’Arbre Sanglant aujourd’hui – Photographie E.M.