Le long voyage d’un crucifix

Après l’entrée en guerre des États-Unis le 6 avril 1917, des milliers de bateaux accostent en Europe pour débarquer près de deux millions de Sammies. Ces nouveaux soldats sont immédiatement dirigés vers des camps où les Français et les Anglais se chargent de leur instruction, puisque le service militaire n’existe pas outre-Atlantique. Petit à petit, les divisions américaines sont engagées sur le front de l’ouest pour aider les alliés dans leurs grandes offensives. Les Américains participeront ainsi à la Deuxième Bataille de la Marne entre mai et août 1918, puis à la libération du saillant de Saint-Mihiel avant d’être déployés dans le secteur de Verdun.

Le haut commandement réfléchit depuis plusieurs semaines à un vaste plan offensif pour soulager Verdun et relancer la guerre de mouvement en repoussant l’ennemi vers le nord. Le terrain choisit pour cette assaut est situé dans un secteur à l’ouest de la place forte et qui est réputé calme depuis plusieurs mois, l’Argonne.

L’opération sera menée conjointement par la IVème Armée française, du Général Gouraud et la 1ère Armée américaine du Général Pershing. Les troupes françaises établiront leur tête d’assaut dans la vallée de l’Aisne et progresseront vers le nord en longeant celle-ci, tandis que les Sammies exécuteront la même manœuvre dans la vallée de l’Aire à l’est.

En prévision de cette offensive, d’importants moyens humains et matériels sont acheminés en Argonne, repeuplant ainsi les villages et les camps de la région. Courant septembre des unités de blindés françaises et américaines débarquent dans les gares locales et stationnent à l’arrière en attendant l’ordre de départ.

Carcasses blindées

Carcasses de blindées après l’attaque Meuse-Argonne – Collection E.M.

Le 24 septembre 1918, les 2075 hommes du 110th Infantry Regiment sont déployés dans les environs de Neuvilly-en-Argonne. Le Lieutenant-Colonel Edward Martin, commandant le régiment et son état-major s’installe son poste de commandement à la ferme d’Abancourt pendant que l’infirmerie de l’unité prend ses quartiers dans l’église du village.

Château d'Abancourt

Le château d’Abancourt a été détruit au début de la guerre – Collection E.M.

Toute l’Argonne s’embrase le 26 septembre 1918, lorsque le Grand Quartier Général déclenche l’offensive Meuse Argonne!

En quelques heures, un impressionnant dispositif d’assaut se met en branle et écrase les tranchées ennemies sous un feu puissant.Les Allemands sont rapidement contraint de reculer face à cette déferlante d’obus et de combattants que même les mitrailleuses ne semblent pouvoir arrêter. Les premiers blessés arrivent bientôt à l’arrière et dans le secteur de Neuvilly-en-Argonne, ils convergent vers l’église où les attendent les infirmiers du 110th Infantry Regiment dont un jeune Kansasais de 22 ans, Alfred Hayes. Dans les jours qui suivent le déclenchement de l’attaque, les artilleries allemandes et alliées vont se livrer un duel sans merci et pilonner la vallée de l’Aire et ses villages, Neuvilly-en-Argonne ne sera pas épargnée.

Eglise de Neuvilly-en-Argonne

Poste de secours américain dans l’église de Neuvilly-en-Argonne – Collection E.M.

D’abord lente, la progression des troupes franco-américaine s’accélèrent après la prise de certains points de résistance, comme Montfaucon-d’Argonne. Cette avancée massive des troupes combattantes vers le nord et les Ardennes, va obliger le commandement à revoir complètement son organisation de l’arrière et surtout à redéployer les unités d’intendances et médicales plus en avant. Fin octobre les infirmiers du 110th Infantry Regiment quittent Neuvilly-en-Argonne et Alfred Hayes décide d’emporter un souvenir de ce petit village Argonnais. Il empaquette dans son barda les restes d’un crucifix qu’il a trouvé qu’il a trouvé dans l’église avant de suivre ses camarades vers le nord. Après la guerre, il embarque pour les États-Unis avec ce petit fragment du mobilier religieux d’Argonne.

A la mort de l’ancien combattant, sa fille hérite du crucifix et le transmettra elle-même à sa fille, Patricia Carson. C’est ainsi que pendant près d’un siècle, la famille d’Alfred Hayes va conserver ce petit morceau du patrimoine Argonnais, mais à l’approche du Centenaire de la Grande Guerre, la descendante du Sammies a souhaité le restituer.

Avant d’être restitué, le crucifix a été examiné par Monsieur Janvier, conservateur des antiquités et objets d’art qui a conclut qu’il s’agissait initialement d’une croix d’autel en laiton probablement fondue au XVIIIème siècle.

Neuvilly-en-Argonne Croix - E.M.

Crucifix récupéré par Alfred Hayes dans l’église de Neuvilly-en-Argonne – Photographie E.M.

La croix sera finalement rendu à la commune de Neuvilly-en-Argonne lors d’une cérémonie le 23 juin 2013. Aujourd’hui elle est exposé dans une petite niche à droite de l’autel.

Coordonnées G.P.S. de l’église : N 49° 09′ 41,0 » – E 005° 03′ 34,4″