Les régions militaires en 1914

Lorsque que vous effectuez des recherches sur le parcours d’un de vos ancêtres qui a combattu durant la Grande Guerre, vous pouvez avoir besoin de connaître l’organisation militaire française et le découpage des régions militaires. Vous le trouverez ici.

1° Région Militaire :
Le Nord et le Pas-de-Calais

2° Région Militaire :
L’Aisne, les Ardennes, la Meuse, l’Oise, la Somme et une partie de Paris

3° Région Militaire :
Le Calvados, l’Eure, une partie de Paris et la Seine Inférieure

4° Région Militaire :
L’Eure-et-Loir, la Mayenne, l’Orne, une partie de Paris et la Sarthe

5° Région Militaire :
L’Aube, le Loiret, le Loir-et-Cher, une partie de Paris, la Seine-et-Marne et l’Yonne

6° Région Militaire :
Une partie de l’Aisne, les Ardennes, la Meuse, la Meurthe-et-Moselle, la Marne et l’Oise

7° Région Militaire :
L’Ain, le Doubs, le Jura, le Territoire de Belfort, la Haute-Saône, les Vosges et le Rhône

8° Région Militaire :
Le Cher, la Côte d’or, la Nièvre, la Saône-et-Loire

9° Région Militaire :
Les Deux-Sèvres, l’Indre, l’Indre-et-Loire, le Maine-et-Loire et la Vienne

10° Région Militaire :
Les Côtes-du-Nord, l’Ille-et-Vilaine et la Manche

11° Région Militaire :

Le Finistère, la Loire Inférieure, le Morbihan et Vendée

12° Région Militaire :
La Charente, la Corrèze, la Creuse, la Dordogne et la Haute-Vienne

13° Région Militaire :
L’Allier, le Cantal, la Haute-Loire, la Loire et le Puy-de-Dôme

14° Région Militaire :
Les Basses-Alpes, la Drôme, les Hautes-Alpes, la Haute-Savoie, l’Isère, une partie de Lyon et la Savoie

15° Région Militaire :
Les Alpes-Maritimes, l’Ardèche une partie des Basses-Alpes, les Bouches-du-Rhône, la Corse, le Gard, le Var et le Vaucluse

16° Région Militaire :
L’Aude, l’Aveyron, l’Hérault, la Lozère, le Tarn et les Pyrénées-Orientales

17° Région Militaire :
L’Ariège, le Gers, la Haute-Garonne, le Lot, le Lot-et-Garonne et le Tarn-et-Garonne

18° Région Militaire :
Les Basses-Pyrénées, la Charente-Inférieure, la Gironde, les Landes et les Hautes-Pyrénées

19° Région Militaire :
Alger

20° Région Militaire :
Une partie de l’Aube, une partie de la Haute-Marne et les Vosges

21° Région Militaire :
La Haute-Marne, une partie de la Haute-Saône, la Meurthe-et-Moselle et les Vosges

Publicités

Roland Garros, un aviateur abattu en Argonne

Eugène Adrien Roland Georges Garros est né le 6 octobre 1888 dans la Rue de l’Arsenal (rebaptisée depuis Rue Roland Garros) à Saint-Denis de la Réunion. Alors qu’il à quatre ans, son père Georges, décide de s’installer en Cochinchine pour ouvrir à Saïgon un cabinet d’avocat spécialisé dans les affaires commerciales. C’est sa mère qu est alors chargé de son éducation, mais en 1900 son père décide de l’envoyer en métropole afin qu’il poursuive ses études. Après un voyage de deux mois en bateau, il débarque à Marseille puis se rend à Paris, où il intègre le Collège Stanislas. Quelque temps après son entrée en métropole, il est foudroyé par une pneumonie et sans attendre l’avis de ses parents, la direction de l’établissement décide de l’envoyer à l’autre Collège Stanislas à Cannes. Au cours de ses études, Roland Garros devient champion inter-scolaire de cyclisme en 1906, sous le pseudonyme de Danlor et il mènera l’équipe de football du Lycée Masséna de Nice à la victoire. Il pratique aussi le tennis mais en simple amateur.

rolandgarros_1

Roland Garros aux commandes d’un avion

En 1908, il sort diplômé de l’École des Hautes Études Commerciales et se fait embaucher par la firme Automobiles Grégoire. Il devient concessionnaire de la marque en ouvrant un magasin de voiturettes de sport, au 6 avenue de la Grande Armée à Paris. Dans le même temps, il s’initie au sport automobile et à la mécanique. L’année suivante, il passe ses vacances d’été chez l’oncle de son ami Quellennec, à Sapicourt près de Reims. Le 22 août, il se rend à Bétheny pour La Grande Semaine d’Aviation de la Champagne et c’est une révélation pour lui. Après ce meeting, il décide de devenir de consacrer sa vie à l’aviation. En 1910, il investit les bénéfices fait avec son magasin d’automobiles, pour acheter son premier avion, une Demoiselle Santos-Dumont. Comme il n’existe pas encore d’école de pilotage, c’est tout seul qu’il apprendra à voler sur l’aérodrome d’Issy-les-Moulineaux. Il sera tout de même aidé par le suisse Edmond Audemars, un autre Demoiselliste, qu’il rencontre sur l’aérodrome. Le 14 juillet, il est engagé par le Comité Permanent des Fêtes de Cholet pour les cérémonies de la fête nationale et cinq jours plus tard, obtient son brevet de pilote le numéro 147.

Avec ce sésame en poche, Roland Garros peut participer aux nombreuses compétitions aériennes qui se déroulent en Europe et en Amérique, mais malgré ses indéniables qualités de pilote il n’en remporte aucune et les journalistes le surnomme ironiquement « L’éternel second ». Ce n’est qu’en 1912 qu’il décrochera enfin ses premières victoires en s’imposant sur le Circuit d’Anjou et le Meeting de Vienne. En plus des courses, le jeune aviateur établit de nombreux records d’altitudes en France et en Amérique, mais c’est le 23 septembre 1913 qu’il va réellement entrer dans l’histoire de l’aviation en s’élançant de Fréjus à bord d’un Morane-Saulnier de type H et en atterrissant à Tunis après avoir survolé toute la Méditerranée en 7 heures et 53 minutes. Il est le premier homme à réaliser cet exploit et à son retour à Marseille puis à Paris, il est accueilli en héros par la presse. En juin 1914, Roland Garros se rend en Autriche avec le tout nouveau Morane N afin de participer pour la troisième fois au Meeting de Vienne. Au cours de la compétition, un dirigeable militaire autrichien percute un Farman et les deux appareils s’écrasent au sol en causant la mort de neuf officiers. C’est la première catastrophe aérienne majeure de l’histoire. Tout les aviateurs français présents, décident de parer leur avions de noir avant de survoler les lieux du crash pour offrir aux victimes de magnifiques funérailles aériennes.

Le 28, l’assassinat de l’Archiduc François Ferdinand à Sarajevo va précipiter toute l’Europe dans la guerre en quelques semaines. Roland Garros décide le 2 août de s’engager comme simple soldat pour la durée de la guerre. Il est d’abord affecté à l’escadrille Morane-Saulnier MS23, avec laquelle il exécute des missions d’observation, de reconnaissance, mais aussi des lâchages d’obus empennés et des combats aériens avec un observateur armé d’une carabine ou d’un mousqueton. A l’époque, l’armement est inexistant sur des avions fait d’une structure en bois et en acier léger.

Très rapidement, Raymond Saulnier demande à ce que son ami Roland Garros soit affecté avec lui au Camp Retranché de Paris afin de l’aider dans ses recherches pour armer les avions. En janvier 1915, les deux hommes achèvent le premier prototype d’avion de chasse monoplace munie d’une mitrailleuse capable de tirer à travers une hélice blindée. Roland Garros est alors renvoyé au front dans l’escadrille MS26. Il est aux commandes d’un Morane-Saulnier type L « Parasol » équipé de son dispositif de tir et ne tarde pas à montrer son efficacité. Dans la première quinzaine d’avril 1915, l’aviateur remporte trois victoires aériennes, les 4ème, 5ème et 6ème victoires pour les Alliés, mais surtout il est le premier pilote à avoir abattu trois appareils alors qu’il était aux commandes de² son avion.

Le 18, une panne contraint le Sous-Lieutenant Garros à se poser en territoire ennemi et il est fait prisonnier avant d’avoir pu mettre le feu à son appareil. Le système d’armement, qu’il a développé avec Saulnier, est aussitôt étudié par Anthony Fokker, mais après plusieurs échecs les ingénieurs allemands inventeront un dispositif totalement différent.

Pendant ce temps, Roland Garros est interné dans le camp de prisonnier de Küstrin, où il est rapidement considéré comme une forte tête après une première tentative d’évasion. Dans les mois et les années qui suivent, il multiplie les essais obligeant les allemands à le placer sous surveillance rapprochée. Il est régulièrement transférer vers de nouveau camp de prisonnier, c’est ainsi qu’il fréquente ceux de Trèves, Gnadenfrei, Magdeburg et Burg. Fin 1917, il est renvoyé au camp de Magdeburg, où il retrouve Anselme Marchal, un prisonnier qui parle très bien l’allemand. Ensemble, ils décident de s’échapper en confectionnant de faux uniformes allemands avec l’aide de plusieurs compagnons. Le soir du 15 février 1918, ils tentent leur chance et après avoir bernés quatre sentinelles, ils sont enfin libre. Ils trouvent des vêtements civils et entament un long périple à travers l’Allemagne pour rejoindre la Hollande. De là, ils sont transférés en Angleterre puis en France. Au cours de ces trois années de captivité, la santé de Roland Garros s’est très sérieusement détériorée, en particulier sa vue. Pour pouvoir continuer à voler, le jeune pilote est contraint de se faire réaliser clandestinement des lunettes pour corriger sa myopie. Pendant sa convalescence, il doit réapprendre à piloter des avions qui ont sensiblement évoluer pendant son absence.

Clémenceau propose à Roland Garros de devenir son conseiller auprès de l’État-Major, mais ce dernier refuse, il veut retourner se battre à bord d’un avion. Il est alors renvoyé au front et il rejoint son ancienne escadrille la MS26 qui est devenu la SPA26 depuis qu’elle est équipée de SPAD XIII. Le 2 octobre 1918, il remporte sa quatrième victoire, mais trois jours plus tard il est abattu aux commandes de son SPAD par un Fokker D VII. Après avoir explosé son appareil s’écrase sur la commune de Saint-Morel près de Vouziers.

Garros 1

Monument se trouvant sur les lieux du crash de Garros

Garros 6

Monument se trouvant sur les lieux du crash de Garros

Photo - Tombe Garros - EMBRY Mikaël

Tombe de Garros à Vouziers

Aujourd’hui, Roland Garros est inhumé dans le carré militaire de Vouziers et un monument a été édifié sur les lieux du crash.

Coordonnées G.P.S. de la sépulture : N 49° 24′ 00,9″ – E 004° 41′ 56,0″

Garros 8

Tombe de Garros aujourd’hui

Garros 5

Tombe de Garros aujourd’hui

Garros 2

Tombe de Garros aujourd’hui

L’aviateur est également connu pour le célèbre tournoi de tennis qui porte son nom. C’est Émile Lesieur, un ancien camarade d’H.E.C de Roland Garros, qui décidera en 1927 de donner au stade de tennis parisien le nom de l’aviateur.

L’Argonne à l’honneur sur France 3

France 3 a entrepris récemment la diffusion de plusieurs mini-reportages sur la Grande Guerre. Cette série porte le nom d’Histoires 14-18 et c’est dans ce cadre que j’ai était contacté par la chaîne de télévision. J’ai rencontré Laurent Parisot, journaliste de France 3 Lorraine, durant l’été 2014 et je lui ai fait découvrir les champs de bataille Argonnais. Lorsqu’il m’a demandé si j’avais des documents sur les combats de la région, c’est tout naturellement que je lui ai ouvert ma collection pour qu’il puisse agrémenter ces mini-documentaires.

Début janvier, l’Argonne a été mise à l’honneur à travers la diffusion de trois reportages sur France 3.

Le premier permet de situer le front d’Argonne et de comprendre ses spécificités. Le second parle des Garibaldiens et le dernier explique les débuts de l’artillerie de tranchée et des crapouillots. J’ai particulièrement collaboré aux deux premiers tandis que l’association des Amis de Vauquois a apporté sa contribution à celui sur l’artillerie de tranchée.

Ces vidéos ne sont pour l’instant que disponible sur le site de France 3, mais elles devraient bientôt être mises en ligne sur Facebook.

Pour accéder aux vidéos, il vous suffit de cliquer sur les mots en gras et en bleu.

 

L’anniversaire du plus vieil officier allemand à Cornay

Parmi les dizaines de milliers d’hommes qui ont combattu en Argonne, un officier allemand fut sans doute le plus vieil engagé volontaire de la Grande Guerre. Découvrons son histoire…

Né le 19 janvier 1836 à Postdam en Allemagne, le Comte Gottlieb Ferdinand Albert Alexis von Haeseler est déjà un homme âgé lorsque la Grande Guerre éclate. Il suit des cours à la Ritterakademie du Brandenburg, au Pädagogium de Halle et enfin au Kadettenkorp avant de devenir Sous-Lieutenant dans l’armée prussienne en 1853. Au cours de sa carrière militaire, il participe aux guerres dano-prussienne de 1864 et austro-prussienne de 1866. En 1870, pendant le conflit qui oppose la France et la Prusse, il est blessé aux côtes alors qui dirige le 15° Husarenregiment dans la région d’Orléans. L’année suivante le Comte Haeseler est promu au grade d’Oberquartiermeister ce qui équivaut à Général dans l’armée allemande qui occupe l’Alsace et la Moselle. Commandant du 11° Ulanenregiment de 1873 à 1879, avant de prendre la tête du département d’histoire militaire de l’état-major la même année. En 1880, il est nommé à la tête de la 12° Kavalleriebrigade et devient un an plus tard Generalmajor. En 1883, il dirige la 31° Kavalleriebrigade et se voit promu Generalleutnant en 1886. Il commandera successivement la 20° et la 6° Division de l’armée impériale puis sera nommé General der Kavallerie, l’équivalent de Général de Corps d’Armée en France, en 1890.

Haeseler (1)

Portrait du Feldmarschall Haeseler – Collection M. EMBRY

Avec ses nouveaux galons, il prend le commandement du XVI° Korps de Metz et quitte l’Allemagne pour s’installer à Plappeville, un village mosellan. Le Comte Haeseler finit sa carrière à Metz et quitte le service actif en 1903 avec le grade de Generaloberst. Il intègre alors la « Preußisches Herrenhaus » (Chambre des pairs prussiens) avant d’être promu Generalfeldmarschall, le grade le plus élevé de la hiérarchie militaire allemande.

Le 1er août 1914, l’empire allemand mobilise ses armées pour préparer la guerre à venir, mais le Haeseler n’est pas concerné puisqu’il a soixante-dix-huit ans. Étant encore en bonne forme physique et intellectuelle, il décide d’écrire à l’empereur pour lui demander un commandement. Son offre est décliné, mais le vieux Général insiste pour avoir une audience auprès du souverain. Le Grand Quartier Général lui annonce que Guillaume II est trop occupé pour le recevoir. Entre temps, Haeseler est invité à suivre les opérations du XVI° Korps sur le front. Il accepte ce rôle de spectateur et rejoint le Quartier Général du XVI° Korps à Florange le 19 août 1914.
Le XVI° Korps franchit la Meuse à Liny le 3 septembre 1914 et dans le courant de la journée, la 34° Division arrive à hauteur du village de Nantillois qui est encore occupé par les Français. Haeseler prend alors deux chevaux et décide de se rendre sur place avec son ordonnance. En arrivant ils capturent un soldat ennemi que le Feldmarschall interroge avant de l’envoyer à l’arrière.
Dans les jours qui suivent le XVI° Korps continue sa route vers le sud et atteint la ligne Neuville-en-Verdunois – Heippes, dans la nuit du 9 au 10 septembre 1914. Au matin, Haeseler et le commandant du Korps, le Général von Mudra, se rendent ensemble sur la ligne de front pour inspecter les troupes du secteur de Heippes, mais rapidement la situation va changer. En effet, le haut commandement français vient de déclencher la Bataille de la Marne. Pendant plus d’une journée, le XVI° Korps va défendre ses positions. Le 11 septembre, l’ordre de repli arrive et le Korps tout entier prend la direction du nord pour s’installer finalement le 15 septembre sur une ligne allant de Montfaucon-d’Argonne à Gercourt.
Le 24 septembre, les troupes de von Mudra s’empare de Vauquois, mais peu à peu le front se stabilise. Le Comte Haeseler comprend que la guerre de position pourrais avoir de funestes conséquences pour l’Allemagne. Il va même jusqu’à dire le 29 septembre à son ordonnance :

« Il est devenu évident pour moi que nous devons chercher à sortir de la guerre maintenant. »

Dans les jours suivants, il se rend régulièrement sur le front pour parler aux officiers et à la troupe. Il a pris l’habitude de se rendre aux tranchées à cheval et devient ainsi une cible de choix pour les artilleurs français qui ne manquent pas de bombarder les secteurs où ce cavalier solitaire est aperçu. Les troupes commencent à se plaindre et le Général von Mudra intervient en demandant à Haeseler d’éviter de se rendre sur les lignes de combat à cheval. Le vieil officier se vexe et va pendant un temps parcourir les positions du Korps voisin. Haeseler reste attaché à son Korps et il reprend rapidement ses visites à cheval et les plaintes recommencent.
Fin 1914, l’armée allemande réorganise son front et le XVI° Korps glisse en Argonne. Haeseler n’aime pas du tout ce secteur et la guerre qu’on y pratique et qu’il appelle « guerre des trous ». Il se plaint de voir des officiers qui passent plus de temps au téléphone qu’à cheval. L’état-major du Koprs s’installe à Apremont où Haeseler occupe une petite maison. Cette commune se trouvant non loin des lignes de combat, elle est régulièrement prise pour cible par l’artillerie et les officiers commandant le XVI° Korps déménagent à Cornay.
Cette nouvelle vie n’est pas faite pour le vieux Général qui continue à rendre visite aux troupes et en profite pour aller voir l’hôpital et les nouveaux cimetières militaires du secteur. Avec l’hiver les chemins menant au front deviennent impraticables, ce qui contraint Haeseler à limiter ses déplacements vers le front et il passe désormais le plus clair de son temps dans sa chambre. Après avoir passé Noël 1914 seul, le Feldmarschall est convié au château de Cornay pour y fêter son anniversaire. La demeure est alors pavoisée de filets verts et un grand « 79 » est installé au dessus de la porte. Vers midi, le Général von Mudra remet à son prédécesseur le cadeau fait son état-major avant que les convives ne dégustent un repas spécial.

Coordonnées G.P.S. du Château : N 49° 18′ 12,0″ – E 004° 56′ 58,8″

Haeseler (2)

Le Feldmarschall Haeseler à l’entrée du presbytère de Cornay lors de son anniversaire – Collection M. EMBRY

Dans les premiers mois de 1915, la santé du vieux Général s’aggrave et le village de Cornay est devenu la cible régulière des canons français. Cette situation oblige l’état-major du XVI° Korps à aller s’installer à Buzancy où se trouve le château de la famille Chanzy, un des adversaires de Haeseler durant la guerre franco-prussienne de 1870-71.
Avant de fêter son quatre-vingtième anniversaire, le Feldmarschall fait une mauvaise chute dans sa chambre et se plaint de douleur à la poitrine. Peu de temps après, il développe des problèmes cardiaques qui l’obligent à retourner dans sa propriété de Harnecop en Allemagne. Il revient sur le front après quelques semaines de convalescence. Il restera dans l’état-major du XVI° Korps, jusqu’à la moitié de l’année 1916 et sera finalement évacué après s’être brisé les deux poignets.

Le Comte Haeseler suivra la fin du conflit depuis son domaine de Harnecop en Allemagne où il décédera le 25 octobre 1919.

Les Garibaldiens en détail

Comme promis lors de la publication de la liste des Garibaldiens proposé par Camillo Marabini dans son livre, voici une liste détaillée sur chacun des hommes du 4° Régiment de Marche du 1° Étranger.
Le volume d’information étant très important à traiter, des noms seront régulièrement ajoutés.

ABBATE Costante

Variante du nom : ABATE
État civil :
Adresse personnelle :
2, Rue Ville-d’Avray – Seine et Oise – France
Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 8° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
ABATE Battista – Andomo – Prov. Novara – Italie


ABBATE Louis

Variante du nom : ABBATI
État civil :
Adresse personnelle :
35, Rue Saint-Germain – Romainville – France
Unité et grade :
Bataillon :
1° Bataillon
Compagnie : 3° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Changement de grade : Caporal
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
ABBATI Giuffrida – Savignano – Italie


ABBIS Giuseppe

Variante du nom : ABIS
Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 8° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
ABIS Antoine – Estaque-Gare – Bar – Marseille – France


ABRATE Jean

Unité et grade :
Bataillon : 2° Bataillon
Compagnie : 7° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


ABRUZZESE

Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 9° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


ACTIS Enrico

Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 10° Compagnie
Grade : Caporal


ADAMI Gabriele

État civil :
Date de naissance : 20 oct. 1887
Commune : Portieri-Cagliari
Pays : Italie
Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 10° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Blessures :
Date :
5 janv. 1915
Lieu : Ravin des Courtes Chausses
Commune : La Chalade
Département ou région : Meuse (55)
Pays : France
Informations sur le décès :
Type : Militaire
Date : 5 janv. 1915
Cause : Tué à l’ennemi
Lieu : Ravin des Courtes Chausses
Commune : La Chalade
Département ou région : Meuse (55)
Pays : France
Sépulture pendant la guerre :
Cimetière : Cimetière des Garibaldiens
Commune : France
Département ou région : Meuse (55)
Pays : La Chalade
Sépulture actuelle :
Régime :
Militaire
Cimetière : Cimetière Italien de Bligny-Chambrecy
Position : Individuelle – N°743
Commune : Bligny
Département ou région : Marne (51)
Pays : France


ADDIS Giovanni

Unité et grade :
Bataillon : 2° Bataillon
Compagnie : 8° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Blessures :
Date :
8 et 9 janv. 1915
Lieu : Ravin des Meurissons
Commune : La Chalade
Département ou région : Meuse (55)
Pays : France
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
ADDIS Maddalena – Luras – Prov. Di Sassari – Sardaigne


ADELINI Edoardo

Variante du nom : ADELINE
Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 8° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
Veuve GRIGNAND – 55, Rue de la République – Marseille – France


ADOBBATI Enée

Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 7° Compagnie
Grade : Sergent Major
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
CANTA Giacinta – 5, Via Roma – Torino – Italie


ADT Giuseppe ou Joseph

État civil :
Adresse personnelle : 7, Rue Victor Considérant – Mourillon – Toulon – France
Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 9° Compagnie
Changement de compagnie : 12° Compagnie
Grade : Caporal
Changement de grade : Sergent


AFFANATO Antonio

Unité et grade :
Date de naissance : 24 déc. 1884
Commune : Novarra
Département ou région : Piémont
Pays : Italie
Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 10° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Type :
Militaire
Date : 5 janv. 1915
Cause : Tué à l’ennemi
Lieu : Ravin des Courtes Chausses
Commune : La Chalade
Département ou région : Meuse (55)
Pays : France


AGABATO Michel

Variante du nom : AGABBATO ou AGALBATO
État civil :
Adresse personnelle :
Catlaglirona – Italie
Unité et grade :
Bataillon :
1° Bataillon
Compagnie : 4° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
AGABBATO Joseph – Catlaglirona – Prov. di Catania – Italie
Situation à la dissolution du régiment :
Situation :
Partant pour l’Italie – Adresse le 16/09/1915 – 70, Rue Pergolese – Milano – Italie


AGADI

Variante du nom : AGATI
Unité et grade :
Bataillon :
1° Bataillon
Compagnie : 1° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


AGNELLI Candido

Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 12° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


AGNELLI Sante

Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 12° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Changement de grade : Caporal
Blessures :
Date :
5 janv. 1915
Lieu : Ravin des Courtes Chausses
Commune : La Chalade
Département ou région :Meuse (55)
Pays : France


AGNESETTA Giovanni ou Jean

État civil :
Adresse personnelle : Paris – France
Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 7° Compagnie
Grade : Caporal
Informations sur le décès :
Type :
Militaire
Date : 8-9 janv.1915
Cause : Disparu au combat – Déclaré mort
Lieu : Ravin des Meurissons
Commune : La Chalade
Département ou région : Meuse (55)
Pays : France
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
LINAT – 31, Rue Chaudfroid – Paris – France


AGNOLONI Gino

État civil :
Adresse personnelle : 22, Impasse Jean Bouton – Paris – France
Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 9° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


AGU Pietro

Unité et grade :
Bataillon : 3° Bataillon
Compagnie : 11° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


AICARDI

Unité et grade :
Bataillon : 3° Bataillon
Compagnie : 9° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


AILLAUD Félix

Unité et grade :
Informations complémentaires concernant son séjour dans l’unité :
Renvoyé au 118°


ALARI Gino

État civil :
Adresse personnelle : 96, Rue de la Croix d’Or – Marseille – France
Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 8° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
ALARI Ferdinand – Institut de Géographie Militaire – Firenze – Toscane – Italie


ALBERTI Gaëtan ou Dionigi

Unité et grade :
Bataillon : 1° Bataillon
Compagnie : 3° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Type :
Militaire
Date : 5 janv. 1915
Cause : Disparu au combat – Déclaré mort
Lieu : Ravin des Courtes Chausses
Commune : La Chalade
Département ou région : Meuse (55)
Pays : France
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
ALBERTI – Rue Valentinnier – Audencourt – Doubs – France


ALBERICCI Fernando

Unité et grade :
Bataillon : 3° Bataillon
Compagnie : 11° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


ALBERTO Carlos ou Charles

État civil :
Adresse personnelle :
Maison THORIENT – Rue Jeanne – Menton – France
Unité et grade :
Bataillon :
1° Bataillon
Compagnie : 1° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


ALESSANDRI Charles

État civil :
Adresse personnelle : 9, Passage Saint Avoye – Paris – France


ALESSANDRINI Pietro

Unité et grade :
Bataillon : 2° Bataillon
Compagnie : 8° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
ALESSANDRINI Caterina – R. Jean Louis MABELLI – La Sevne – Var – France


ALESSANDRO Umberto

Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 5° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


ALESSIO Luigi ou Louis

Unité et grade :
Bataillon : 2° Bataillon
Compagnie : 5° Compagnie
Grade : Caporal
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :

VARCHETTI Vittorio – Pinerolo – Rue Porta Francia – Casa Faccioli 4 – Prov. Torino – Italie


ALEXIS Emilio

Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 12° Compagnie
Grade : Lieutenant


ALFANO

État civil :
Adresse personnelle : Londres – Angleterre
Unité et grade :
Bataillon :
1° Bataillon
Compagnie : 2° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


ALFIERI Emilio ou Henri

État civil :
Adresse personnelle : 23, Rue Granges aux Belles – Paris – France
Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 12° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


ALFREDI

Unité et grade :
Bataillon : 3° Bataillon
Compagnie : 9° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


ALGIGI

Unité et grade :
Bataillon : 3° Bataillon
Compagnie : 9° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


ALLAIS Giovanni

Unité et grade :
Bataillon : 3° Bataillon
Compagnie : 10° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


ALLEGRI Telemaco

Situation à la dissolution du régiment :
Situation :
Mobilisé en Italie – Adresse le 16/09/1915 – Consul Général – Milan – Italie


ALLIONE Alessandro

Unité et grade :
Bataillon : 2° Bataillon
Compagnie : 5° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
Madame EURIOL Jeanne – 12, Rue des Cordellerie – Grasse – France


ALZIATOR Augusto

État civil :
Profession : Journaliste, rédacteur ordinaire au Resto del Carlino – Correspondant de guerre en France avant de s’engager dans le régiment
Unité et grade :
Bataillon :
1° Bataillon
Compagnie : 1° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


AMADEO Antonio

Unité et grade :
Bataillon : 3° Bataillon
Compagnie : 12° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Type :
Militaire
Date : 5 janv. 1915
Cause : Disparu au combat – Déclaré mort
Lieu : Ravin des Courtes Chausses
Commune : La Chalade
Département ou région : Meuse (55)
Pays : France


AMADO Vito

Variante du nom : AMATO
État civil :
Adresse personnelle :
30, Rue Rovigo – Alger – Algérie
Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 9° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


AMAR Jean

État civil :
Adresse personnelle :
Paris – France
Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 6° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


AMATA Vicenzo

Unité et grade :
Bataillon : 3° Bataillon
Compagnie : 10° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


AMATEIS Antonio

État civil :
Date de naissance : 16 juil. 1869
Commune : Volpiano
Pays : Italie
Unité et grade :
Bataillon :
1° Bataillon
Compagnie : 1° Compagnie
Grade : Caporal
Blessures :
Date :
5 janv. 1915
Lieu : Ravin des Courtes Chausses
Commune : La Chalade
Département ou région : Meuse (55)
Pays : France
Informations sur le décès :
Type :
Militaire
Date : 5 janv. 1915
Cause : Tué à l’ennemi
Lieu : Ravin des Courtes Chausses
Commune : La Chalade
Département ou région : Meuse (55)
Pays : France
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
AMATEIS Joseph – Volpiano – Turino
Italie


AMATIS Joseph

État civil :
Adresse personnelle :
Paris – France
Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 7° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
Madame AMATIS – Rue 4 Mars 1934
Torino – Italie


AMBROSINI Luigi

État civil :
Commune :
Varese
Département ou région : Lombardie
Pays : Italie
Adresse personnelle : 60, Rue de Serre – Paris – France
Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 12° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Situation à la dissolution du régiment :
Date de libération :
14 mars 1915
Situation :
Réengage dans l’armée française en Octobre 1915 à l’âge de 59 ans


AMBROSOLI Ange

État civil :
Adresse personnelle : Paris – France
Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 7° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
Madame Annita COCCOIN CAMPBRETON – 10, Rue Michel de Bourges – Paris – France


AMBROSOLI Flaminio

Unité et grade :
Bataillon : 2° Bataillon
Compagnie : 5° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
Monsieur AMBROSOLI François – Chiasso – Suisse


AMBROSOLI Paolo

État civil :
Adresse personnelle :
24, Rue des Chauffonniers – Paris – France

Unité et grade :
Bataillon : 2° Bataillon
Compagnie : 8° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Changement de grade : Sergent
Informations complémentaires concernant son séjour dans l’unité :
Cassé de son grade de Sergent à Bar-sur-Aube
Situation à la dissolution du régiment :
Date de libération :
11 mars 1915


AMIANTO

Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 9° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


AMOROSO Eugenio

Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 10° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Type :
Militaire
Lieu : Argonne
Sépulture pendant la guerre :
Cimetière :
Cimetière militaire
Commune : Les Islettes
Département ou région : Meuse (55)
Pays : France
Sépulture actuelle :
Régime :
Militaire
Cimetière : Cimetière Italien de Bligny-Chambrecy
Position : Individuelle – N°292
Commune : Bligny
Département ou région : Marne (51)
Pays : France


AMOVAZZA

Unité et grade :
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Type : Militaire
Date : 8 et 9 janv. 1915
Cause : Disparu au combat – Déclaré mort
Lieu : Ravin des Meurissons
Commune : La Chalade
Département ou région : Meuse (55)
Pays : France


ANCHIERI Antonio

Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 10° Compagnie


ANCHIERI Carlo

Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 10° Compagnie
Informations sur le décès :
Type :
Militaire
Date : 26 déc. 1914
Cause : Tué à l’ennemi
Lieu : Plateau de Bolante
Commune : La Chalade
Département ou région : Meuse (55)
Pays : France


ANCHINI Guido

État civil :
Adresse personnelle : HENA Marie – 12, Rue Thorel – Paris – France
Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 7° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Changement de grade : Caporal
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
HENA Marie – 12, Rue Thorel – Paris
France


ANDOLO Oscar

Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 12° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


ANDOMO Renato

Unité et grade :
Bataillon : 3° Bataillon
Compagnie : 12° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


ANDREA Oreste

Unité et grade :
Bataillon : 2° Bataillon
Compagnie : 5° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Type :
Militaire
Date : 5 janv. 1915
Cause : Tué à l’ennemi
Pays : France
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
Madame ONAYAN – Boulevard du Nord – Charleroi – Belgique


ANDREI Joseph

Unité et grade :
Grade :
Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Type :
Militaire
Date : 8 et 9 janv. 1915
Cause : Disparu au combat – Déclaré mort
Lieu : Ravin des Meurissons
Commune : La Chalade
Département ou région : Meuse (55)
Pays : France


ANDREO Joseph Antoine

État civil :
Adresse personnelle : 29, Rue Raynouard – Paris – France
Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 8° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Situation à la dissolution du régiment :
Date de libération :
13 mars 1915


ANDREINI Ernesto ou Ernest

État civil :
Adresse personnelle :
Villa Brumel – 22, Avenue Miraeau – Nice – France
Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 6° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
ANDREINI Jeaanne – 32, Avenue Mirabeau – Nice – France


ANDREOLETTI Marino

Unité et grade :
Bataillon : 1° Bataillon
Compagnie : 3° Compagnie
Grade : Sergent
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
ANDREOLETTI – Sassenage – Isère – France


ANDRUET ou ANRUET Cirillo

État civil :
Adresse personnelle : 11, Rue Caillié – Paris – France
Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 10° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


ANGELINI Vincenzo

Unité et grade :
Bataillon : 1° Bataillon
Compagnie : 3° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
ANGELINI – Via Effisio Mola – Forli – Italie


ANGELINI Rocco

Unité et grade :
Bataillon : 1° Bataillon
Compagnie : 3° Compagnie
Changement de compagnie : 1° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Changement de grade : Sergent
Informations sur le décès :
Type :
Militaire
Date : 5 janv. 1915
Cause : Disparu au combat – Déclaré mort
Pays : France
Personne à prévenir en cas d’événements graves :µ
ANGELINI Marie Rosa – Arqquata det Tronto – Ascoli Picceno (Les Marches) – Italie


ANGELOZZI Ildebrando

État civil :
Date de naissance : 3 sept. 1885
Commune : Rome
Pays : Italie
Adresse personnelle : Ancona – Italie
Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 8° Compagnie
Grade : Capitaine
Informations complémentaires concernant son séjour dans l’unité :
Conduit à Montélimar la Compagnie des Garibaldiens équipés par le Comité Italien de Marseille
Blessures :
Date :
26 déc. 1914
Lieu : Plateau de Bolante
Commune : La Chalade
Département ou région : Meuse (55)
Pays : France
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
ANGELOZZI Adèle – 12, Rue Guiseppe Grassi – Torino – Italie
Situation à la dissolution du régiment :
Situation :
Devient Sous-lieutenant au 51° Régiment d’Infanterie Italien le 08/07/1915 – Promu Capitaine – Démobilisé en mai 1919


ANNAVAZZA Ange

État civil :
Adresse personnelle :
13, Rue de Châtillon – Paris – France
Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 10° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Situation à la dissolution du régiment :
Date de libération :
10 mars 1915


ANNESI Pietro ou Pierre

État civil :
Adresse personnelle : 205, Boulevard de la Madeleine – Marseille – France
Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 8° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


ANSALDI Battista ou Baptiste

Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 5° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Changement de grade : Sergent
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
ANSALDI Catherine – Mondovi Breo – Piémont – Italie


ANSALDI Domenico

Unité et grade :
Informations complémentaires concernant son séjour dans l’unité :
Manque à l’appel le 30/10/1914 porté déserteur


ANSELMI Serafino

Unité et grade :
Bataillon : 3° Bataillon
Compagnie : 10° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


ANSELMINI Annibale

Unité et grade :
Bataillon : 1° Bataillon
Compagnie : 1° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
ANSELMINI Émilie – Hôtel Mandé – Saint Paul de Varax – Ain – France


ANSERI Anselmo

État civil :
Adresse personnelle : Montpellier – France
Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 8° Compagnie
Grade : Caporal


ANTINORI Francesco

Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 5° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations complémentaires concernant son séjour dans l’unité :
Renvoyé par décision ministérielle n’avait que 17 ans


ANTONELLI Charles

Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 5° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
ANTONELLI Émile – Giverdon – Suisse


ANTONELLI Edmond

État civil :
Adresse personnelle :
141, Rue de Billancourt – Boulogne sur Seine – Seine – France

Unité et grade :
Bataillon : 3° Bataillon
Compagnie : 12° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Situation à la dissolution du régiment :
Date de libération :
13 mars 1915


ANTONELLI Eugène

État civil :
Adresse personnelle :
Chez BRACONI VALLERGUES – Propriété Trorre – Beaulieu – Cannes – France
Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 6° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Situation à la dissolution du régiment :
Situation :
Mobilisé en Italie en juin 1915 au 51° Régiment d’Infanterie


ANTONELLI Giorgio

Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 12° Compagnie
Grade : Caporal


ANTONIETTI Giovanni ou Jean

Unité et grade :
Bataillon : 1° Bataillon
Compagnie : 3° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
ANTONIETTI – 5, Rue Keller – Paris – France
Situation à la dissolution du régiment :
Situation :
Réengagé en France – Passé au 2° Régiment Étranger – Bataillon D –
1° Compagnie – Secteur Postal 6


ANTONIETTI Pompilio ou Pierre

État civil :
Adresse personnelle : Civrieux d’Azergues – Rhône – France
Unité et grade :
Bataillon :
1° Bataillon
Compagnie : 4° Compagnie
Grade : Sergent
Blessures :
Date :
5 janv. 1915
Pays : France
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
ANTONIETTI – Civrieux d’Azergues – Rhône – France
Situation à la dissolution du régiment :
Situation :
Partant pour l’Italie


ANTONINI Daniele

Unité et grade :
Bataillon : 3° Bataillon
Compagnie : 11° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Situation à la dissolution du régiment :
Situation :
Réengagé en France – Passé au 1° Régiment Étranger – 4° Compagnie –
Camp de la Valbonne – Ain


ANTONINI Elisio ou Efisio

État civil :
Adresse personnelle : Saint Maur des Fossés – Seine – France
Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 7° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


ANTONINI Giuseppe ou Joseph

État civil :
Adresse personnelle : Fraize – Vosges – France
Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 7° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Changement de grade : Caporal
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
A
NTONINI Cesare – Carovato – Como. – Italie


ANTONIOLI Carlo

Unité et grade :
Bataillon : 2° Bataillon
Compagnie : 5° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
ANTONIOLI – Borgomanero – Italie


ANTONIOLI Guglielmo

Unité et grade :
Bataillon : 3° Bataillon
Compagnie : 10° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


APRA Philippe ou Felice

Unité et grade :
Bataillon : 3° Bataillon
Compagnie : 9° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Type :
Militaire
Date : 5 janv. 1915
Cause : Tué à l’ennemi
Pays : France
Sépulture pendant la guerre :
Cimetière :
Cimetière des Garibaldiens
Commune : France
Département ou région : Meuse (55)
Pays : La Chalade
Sépulture actuelle :
Régime :
Militaire
Cimetière : Cimetière Italien de Bligny-Chambrecy
Position : Individuelle – N°1754
Commune : Bligny
Département ou région : Marne (51)
Pays : France


AQUARONE J.B.

Unité et grade :
Bataillon : 2° Bataillon
Compagnie : 8° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
AQUARONE – Via Antello – Porto Maurizio – Italie


ARA Guy

Unité et grade :
Bataillon : 2° Bataillon
Compagnie : 8° Compagnie
Grade : Sergent
Blessures :
Date :
8 et 9 janv. 1915
Lieu : Ravin des Meurissons
Commune : La Chalade
Département ou région : Meuse (55)
Pays : France
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
ARA Guido – 7, Rue d’Arsel – 18° Arrondissement – Paris – France


ARADO Giuseppe

Unité et grade :
Bataillon : 3° Bataillon
Compagnie : 10° Compagnie
Grade : Caporal


ARBORIO Paolo ou Paul

Variante du nom : ARBONIO
État civil :
Adresse personnelle :
La Sonde – Les Maures – Var – France
Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 5° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
ARBORIO Thérèse – La Sonde – Var – France


ARCHIERI Robert

Unité et grade :
Bataillon : 1° Bataillon
Compagnie : 3° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Blessures :
Date :
26 déc. 1914
Lieu : Plateau de Bolante
Commune : La Chalade
Département ou région : Meuse (55)
Pays : France


ARCHIVOLTI Pietro ou Pierre

État civil :
Adresse personnelle : Marseille – France
Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 7° Compagnie
Grade : Tambour
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
BACER Maria – 7, Rue Garsemille – Marseille – France


ARDIZIO Elizio

Unité et grade :
Bataillon : 1° Bataillon
Compagnie : 1° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
Madame ARDIZIO – Rue de Guinngamp – Levallois – Seine – France


ARIAGHI Battista

Variante du nom : AYRAGHI ou AYRAGHI
Unité et grade :
Bataillon : 1° Bataillon
Compagnie : 4° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
AYRAGHI Marie – 14, Rue Gaubert – Clichy – Seine – France


ARIENTI Carlos

Unité et grade :
Bataillon : 1° Bataillon
Compagnie : 1° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Blessures :
Date :
26 déc. 1914
Lieu : Plateau de Bolante
Commune : La Chalade
Département ou région : Meuse (55)
Pays : France
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
ARIENTI – Canneto di Mantova – Italie


ARIETTO

Variante du nom : ARIETTI
Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 9° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


ARISTIDI Aristide

Réforme :
Date : 27 oct. 1914


ARIZIO Angelo

Variante du nom : ARIZZIO
État civil :
Adresse personnelle :
Turin – Italie
Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 10° Compagnie
Grade : Sous-Lieutenant
Changement de grade :
Lieutenant au Titre Étranger (Décision du Général Commandant en Chef du 24/01/1915)
Informations sur le décès :
Type :
Militaire
Date : 7 mai 1915


ARMATO Joseph

État civil :
Adresse personnelle :
Alger – Algérie
Unité et grade :
Bataillon :
1° Bataillon
Compagnie : 2° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


ARNOLBERTO Giacomo ou Jacques

Variante du nom : ANOLBERTO ou AMMALBERTO
Unité et grade :
Bataillon : 1° Bataillon
Compagnie : 2° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Blessures :
Date :
5 janv. 1915
Pays : France
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
AMMALBERTO Jean – 10, Rue Amélie
Marseille – Bouches du Rhône – France


AROLDI Alexandre

État civil :
Adresse personnelle : 9, Rue Titon – Paris – France
Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 11° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


AROSIO Alexandre

Réforme :
Date : 23 oct. 1914


ARRICO Sante

État civil :
Adresse personnelle : Nice – Alpes Maritimes – France
Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 11° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


ARRU

Unité et grade :
Bataillon : 1° Bataillon
Compagnie : 2° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


ARTAZ Augustin

État civil :
Adresse personnelle : Belgare – Genève – Suisse
Unité et grade :
Bataillon :
1° Bataillon
Compagnie : 2° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Changement de grade : Caporal
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
Madame ARTAZ – Rue de la Perte du Rhône – Bellegarde – Ain – France


ARTICO Carlo

Unité et grade :
Bataillon : 3° Bataillon
Compagnie : 12° Compagnie
Grade : Caporal


ARTIGLIA Secondo

État civil :
Adresse personnelle : Chambéry – France
Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 7° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
ARTIGLIA Giuseppe – Ronco-Biellese
Piémont – Italie


ARU Elisio

Unité et grade :
Bataillon : 1° Bataillon
Compagnie : 1° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
ARU Louis – Cristano – 70, Via Ansicora – Sardaigne


ASSANDI Battista

Unité et grade :
Bataillon : 2° Bataillon
Compagnie : 5° Compagnie
Grade : Caporal


ASSANDRI Humbert

Unité et grade :
Bataillon : 2° Bataillon
Compagnie : 5° Compagnie
Grade : Sergent
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
ASSANDRI Angelo – 28, Rue Bonaparte – Nice – France


ASSENSA Giovanni

Variante du nom : ASSENZA
Unité et grade :
Bataillon :
1° Bataillon
Compagnie : 3° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
ASSENZA – Servance – Haute-Saône
France


ASTOLFI Antonio ou Antoine

État civil :
Adresse personnelle : 22, Rue Saint Augustin – Paris – France
Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 12° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


AVALLONE Antonio ou Antoine

Unité et grade :
Bataillon : 2° Bataillon
Compagnie : 7° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
GIGNE Louise – 23, Passe Bon Secours – Campagne la Cour – Marseille – France


AVOGADRO August

État civil :
Adresse personnelle : Paris – France
Unité et grade :
Bataillon :
2° Bataillon
Compagnie : 6° Compagnie
Grade : Sergent


AVOGARDO di VIGLIANO

Réforme :
Date : 21 oct. 1914


AVITABILE

Unité et grade :
Bataillon :
3° Bataillon
Compagnie : 9° Compagnie
Grade : Caporal Mitrailleur


AVON

Unité et grade :
Bataillon : 3° Bataillon
Compagnie : 9° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe


AVONDO Pierre

Unité et grade :
Bataillon : 1° Bataillon
Compagnie : 2° Compagnie
Grade : Caporal
Blessures :
Date :
5 janv. 1915
Pays : France
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
Madame AVONDO – 8, Rue Celle – Lyon – Rhône – France


AVREGGI Antonio

État civil :
Adresse personnelle :
Milan – Italie
Unité et grade :
Bataillon :
1° Bataillon
Compagnie : 2° ou 3° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Situation à la dissolution du régiment :
Situation :
Partant pour l’Italie – Adresse le 16/09/1915 – 8, Via Boccherini – Milano – Italie


AYMARD Enrico ou Henri

Unité et grade :
Bataillon : 2° Bataillon
Compagnie : 6° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Informations sur le décès :
Personne à prévenir en cas d’événements graves :
AYMARD Donata – Quartier Tortal – La Seyne – France


AZAIS Nicola

Unité et grade :
Bataillon : 2° Bataillon
Compagnie : 6° Compagnie
Grade : Caporal


AZZONI Carlo

Unité et grade :
Bataillon : 3° Bataillon
Compagnie : 12° Compagnie
Grade : Légionnaire de 2° Classe
Blessures :
Date :
5 janv. 1915
Pays : France


HUET Gaston

Jeune garçon arrivé par lui même en Argonne pour rejoindre les Garibaldiens
Unité et grade :
Informations complémentaires concernant son séjour dans l’unité : Mascotte du régiment

L’Agenda du centenaire en Argonne

Je vous propose ici un agenda des cérémonies, commémorations, expositions et événements prévus en Argonne pour l’année du centenaire 2015. Cet agenda évoluera au fil de l’année avec l’ajout de dates et d’informations sur les événements prévus.
N’hésitez pas à le consulter régulièrement.

– Samedi 21 février 2015 – 8h30 :
82° pèlerinage des témoins de l’histoire de la R.A.T.P. au monument de la réconciliation de Clermont-en-Argonne.

IMG_6322

Cérémonie des Témoins de l’histoire de la R.A.T.P.

– Mardi 24 mars 2015 :
Lancement de l’exposition « La Grande Guerre en Argonne » au musée municipale de Sainte-Ménéhould. Elle sera visible jusqu’en novembre 2015. Je vous donnerais plus d’informations dès que possible.

– Vendredi 8 mai 2015 :
Lancement de l’exposition « Le verre dans guerre 2 – Les usages médicales » au musée de l’association des « Amis du Verre d’Argonne » des Islettes. Je vous donnerais plus d’informations dès que possible.

– Samedi 16 mai 2015 :
Pour la nuit des musées, le musée municipale de Sainte-Ménéhould ouvrira au public les portes de son exposition « La Grande Guerre en Argonne ».

IMG_5592

Cérémonie commémorative des combats d’Argonne

– Samedi 27 juin 2015 :
Cérémonies commémoratives des combats d’Argonne sous la présidence du Ministre de la Défense, du Secrétaire d’État aux Anciens Combattants, des Hautes Autorités Italiennes et de Madame Annita Garibaldi-Jallet. La Légion Étrangère et l’Armée de l’Air apporteront leur soutien au cérémonie.
8h30 : Inauguration du Ravin du Génie et plantation d’un arbre
10h00 : Cérémonie à l’Ossuaire de la Haute Chevauchée
15h00 : Cérémonie franco-italienne au monument des Garibaldiens de Lachalade
15h30 : Concert de soixante choristes, exposition sur les Garibaldiens et de photographies de Jeffrey Guski et Sylvain Dessi dans l’abbatiale de Lachalade

– Dimanche 28 juin 2015 :
Dans la matinée, je tiendrais une conférence sur les Garibaldiens dans un lieu qui reste encore à définir.
Dans l’après-midi plusieurs sites seront ouvert au public (la Butte de Vauquois, le Camp de la Vallée Moreau, les expositions « La Grange Guerre en Argonne » et « Le verre dans la guerre 2 » et le Ravin du Génie).

– Dimanche 5 juillet 2015 :
Cérémonie commémorative des combats de la Gruerie à l’Ossuaire de la Gruerie entre Vienne-le-Château et Binarville.

– Du dimanche 9 au samedi 15 août 2015 :
Le Comité Franco-Allemand proposera une exposition à la Maison du Pays d’Argonne et des randonnées mémorielles.

– Vendredi 2 et samedi 3 octobre 2015 :
Évocation historique de nuit sur la Butte de Vauquois. Attention, il n’y a que 300 places disponibles pour chaque soirée donc n’oubliez pas de réserver vos places.

– Vendredi 9 et samedi 10 octobre 2015 :
Évocation historique de nuit sur la Butte de Vauquois. Attention, il n’y a que 300 places disponibles pour chaque soirée donc n’oubliez pas de réserver vos places.

– Samedi 30 octobre 2015 :
Prélèvement de la flamme sur la tombe du Soldat Inconnu à Paris.

– Dimanche 1 novembre 2015 :
Lors de son périple vers Verdun, la flamme passera dans la soirée par Les Islettes et Clermont-en-Argonne. Certaines communes argonnaises profiteront de son passage pour la prélever.

– Mercredi 11 novembre 2015 :
En plus des cérémonies célébrants l’Armistice de 1918, je lancerais une exposition sur « La Vallée de la Biesme dans la Grande Guerre ». Vous pourrez découvrir le parcours des morts pour la France des communes de Futeau, Les Islettes, Le Neufour, Le Claon et Les Islettes ainsi que plusieurs panneaux sur la guerre dans la vallée de la Biesme.

Pour plus d’informations sur ces événements ou sur ceux qui ne sont pas mentionnés ici, rendez-vous sur la page Facebook de L’Argonne à l’heure 19:15.

A bientôt sur L’Argonne à l’heure 14:18.

Deuil fatal au cimetière de Lachalade

Lundi 9 août 1920, l’Argonne a enfin retrouvé son calme et ses habitants commencent à reconstruire les villages détruits. Dans le courant de cette journée, un homme se rend au cimetière de La Chalade. Quelques minutes après son entrée dans l’enclos funéraire, un coup de feu retentit. Plusieurs personnes se précipitent et trouvent l’homme gisant, avec une blessure à la tête, sur la tombe de deux soldats morts en Argonne au cours de la Grande Guerre. Il est rapidement évacué vers l’Hôpital Sainte-Catherine de Verdun, où il décédera peu après son arrivée.

IMG_7699

Les lieux du drame aujourd’hui

Suite à ce décès suspect, une enquête est ouverte pour comprendre les événements qui se sont déroulés à La Chalade.

Début d’août 1920, Monsieur Houy François Anatole, alors âgé de cinquante-six ans, décide de quitter son domicile du Loiret pour se rendre sur la tombe de ses deux fils Fernand Marie Marceau et Humbert Anatole.

Ces derniers sont respectivement nés le 30 mai 1891 et le 3 octobre 1892 à Sceaux-du-Gâtinais dans le Loiret. Au début de la guerre, ils sont mobilisés et ils intègrent tous les deux le 76° Régiment d’Infanterie avec le grade de Soldat de 2° Classe. D’abord engagé dans le nord de la Lorraine, le régiment a ensuite participé à la bataille de la Marne avant de rejoindre le front Argonnais à la fin de l’année 1914.

Le 5 janvier 1915, le 76° Régiment d’Infanterie participe avec les Garibaldiens à une importante attaque dans le ravin des Courtes-Chausses. Fernand est tué au cours de ces combats et Humbert, son frère, perdra la vie le 1er avril 1915 à Vauquois. Selon les volontés de la famille, ils seront inhumés dans la même sépulture à La Chalade.

IMG_7700

Sépulture de la famille Houy

Lorsque leur père François arrive en Argonne,il prend la direction de La Chalade pour visiter le cimetière du village. Après avoir découvert la sépulture de ses deux enfants, il décide de mettre fin à ses jours en se tirant une balle dans la tête.

On retrouvera sur lui, une lettre écrite de sa main, où il expliquait avoir choisi de se suicider sur les lieux où ses fils étaient tombés. Il indiquait également vouloir reposer aux côtés de ses fils dans le cimetière de La Chalade.

Coordonnées G.P.S. de la sépulture : N 49° 09′ 56,5″ – E 004° 57′ 31,0″

Ce drame est entre-autre relaté dans Le Bulletin Meusien du 15 août 1920.

Article Houy - Bulletin Meuse (18.08

Article paru dans Le Bulletin Meusien du 15 août 1920 – Collection M. EMBRY