La chapelle du 132° R.I.T.

Au cours des quatre longues années qu’a duré la Grande Guerre, des soldats sont venus des tous les coins de France et des colonies pour se battre en Argonne. Après avoir passé une période plus ou moins longue aux tranchées, ils partaient se reposer dans des campements forestiers ou dans des villages se trouvant à seulement quelques centaines de mètres des lignes de combat.

Les hommes profitent de ces périodes de repos pour panser leurs plaies ou pour faire le deuil de leurs camarades ou de leurs amis qui sont tombés là-bas sur le front. Leur seule échappatoire est souvent la foi. A quoi s’accrocher d’autre qu’à Dieu dans ces moments difficiles, loin de sa famille et à proximité immédiate des combats ou les hommes ont perdu toute humanité.

L’Argonne est riche en édifices religieux et compte de nombreuses églises, anciennes abbayes, ermitages ou chapelles.

Saint Rouin

Un militaire pose devant la statue du Christ de l’Ermitage de Saint Rouin – Collection E.M.

Pendant la guerre, ces dernières étaient en grande majorité inaccessible aux combattants puisque bien trop loin des lignes de combats. En effet, les quelques rares églises qui se trouvaient à proximité du front, ont été très rapidement détruite par l’artillerie.

Aubréville 1

Les ruines de l’église d’Aubréville – Collection E.M.

Aubréville 2

L’orgue dans les ruines de l’église d’Aubréville – Collection E.M.

Dans ces conditions comment prier lorsque l’on se trouve à seulement kilomètre des tranchées…

Des messes sont organisées régulièrement en forêt, mais ces offices communs ne sont pas propices au recueillement intime qui suit la perte d’un ami ou d’un bon camarade.

Messe Argonne

Messe en plein air quelque part en Argonne – Collection E.M.

Les soldats peuvent aussi se tourner vers l’aumônier du régiment qui est toujours disponible pour les écouter et les aider dans leurs prières.

Parfois les combattants ont créé eux-mêmes un lieu de culte, comme c’est le cas sur un des coteaux Argonnais qui borde l’Aisne.

Le 22 janvier 1917, les soldats du 132° Régiment d’Infanterie Territoriale débarquent à Sainte-Ménéhould et vont relever immédiatement le 63° Régiment d’Infanterie Territoriale à Saint-Thomas-en-Argonne.

Saint Thomas

Saint-Thomas-en-Argonne pendant la guerre – Collection E.M.

Placé sous le commandement du Général commandant la 16° Division d’Infanterie, les premières compagnies sont envoyées au front le lendemain. Elles occupent les tranchées du quartier de Condé dans l’Argonne ouest. Le reste du régiment s’installe dans les campements qui entourent le village, qu’il quittera courant septembre 1918, pour suivre l’avancée alliée sur Vouziers.

Au cours de l’année 1917, les hommes du 132° Régiment d’Infanterie Territoriale ont créés une petite chapelle sur les pentes d’un coteau situé à l’ouest du village de Saint-Thomas-en-Argonne et surplombant l’Aisne. Pour la construire, ils ont prélevé des pierres dans les ruines de l’église du village et c’est ainsi qu’avec trois fois rien ils ont réussi à édifier cette chapelle en assemblant astucieusement les restes de plusieurs colonnes et de maçonnerie.

Coordonnées G.P.S. : N 49° 11′ 03,0″ – E 004° 51′ 49,4

Saint Thomas en Argonne 1 Blog

La chapelle du 132° R.I.T. à Saint-Thomas-en-Argonne – Photographie E.M.

Pour décorer l’édifice, le Soldat Joseph Linden a sculpté l’autel et la croix qui surmonte l’entrée. Celle-ci porte les inscriptions « 132° R.I.T. » et « Tarn-et-Garonne », la région d’origine du régiment qui était encaserné à Montauban avant la guerre.

Saint Thomas en Argonne 3 Blog

L’autel de la chapelle est l’œuvre du Soldat Linden – Photographie E.M.

Saint Thomas en Argonne 4 Blog

Une autre œuvre du Soldat Linden, la croix surmontant l’entrée de la chapelle – Photographie E.M.

Longtemps oubliés, ces vestiges ont été restaurés par l’association du Comité Franco-Allemand, a qui l’on doit également la restauration du camp de la vallée Moreau. Ces travaux ont eu lieu au début des années 2010 et ils ont permis de sauvegarder ce petit témoin de la vie de nos soldats loin de chez eux.

Publicités

Les associations mémorielles d’Argonne

Vous trouverez ici les adresses des différentes associations mémorielles qu’on trouve en Argonne.

Argonne Meuse Patrimoine

Logo AMP

Cette association, créée par Madame Martin-Blanchet, s’occupe de la remise en état du camp français dit du « Ravin du Génie » qui se trouve le long de la route de la Haute Chevauchée entre l’Ossuaire et la Nécropole Nationale de la Forestière.

Coordonnées :

Association Argonne Meuse Patrimoine
Maire de Clermont-en-Argonne
Place de la République – 55120 Clermont-en-Argonne

Comité Commémoratif d’Argonne

logo chevauchee

Ce comité a créé l’Ossuaire de la Haute Chevauchée dont il est toujours le gestionnaire. Il s’occupe également de l’organisation de la cérémonie annuelle commémorant les combats d’Argonne.

Coordonnées :

Comité Commémoratif d’Argonne
35, route de Varennes – 55270 Boureuilles

Téléphone : 03.29.80.73.68
Mail : francois@formxl.com

Comité Franco-Allemand

comité franco allemand

Ce comité entretien et restaure, depuis de nombreuses années, le camp de repos du 83° Régiment de Landwehr qui se trouve entre Vienne-le-Château et Binarville.

Coordonnées :

Comité Franco-Allemand
Maison du Pays d’Argonne
Rue Saint Jacques – 51800 Vienne-le-Château
Téléphone : 03.26.60.49.40.

 

Deutsches Erinnerungskomitee Argonnerwald 1914-1918 e.V.

DEA-Wappen-gross

Depuis de nombreuses années, cette association allemande travaille et étudie les combats d’Argonne et les réseaux de galerie de mine de la région.

Coordonnées :

DeutschesErinnerungskomiteeArgonnerwald 1914 – 1918 e.V.
HerrnAndre Mertins
Rosenstr. 8 – D – 59597 Erwitte
http://www.argonnerwald.de

 

Les Amis de Vauquois et de sa région

logo_vauquois

Dirigée par un groupe de passionnés, cette association entretien et préserve les vestiges des combats qui ont eu lieu sur et sous la Butte de Vauquois.

Coordonnées :

Association des Amis de Vauquois et e sa région
1, Rue d’Orléans – 55270 Vauquois
Téléphone : 03.29.80.73.15. (répondeur)
http://vauquois.guerre.14.18.pagesperso-orange.fr

Souvenir Français

logo-souvenir-francais

Créée en 1887, par Xavier Niessen, le Souvenir Français est une association nationale dont la vocation est de préserver la mémoire des tous les combattants morts pour la France. Il  est également chargé de l’entretien des sépultures et des monuments commémoratifs et organise des actions mémorielles pour leur honneur.

Coordonnées :

Souvenir Français – Comité du Centre Argonne (Clermont-en-Argonne)
7, Rue de l’Aérium – 55120 Clermont-en-Argonne