Les fusillés d’Argonne

De tous les sujets touchant à la Grande Guerre, celui des fusillés est sans aucun doute l’un des plus complexes et surtout l’un des plus enclin à la polémique. Avant de nous intéresser à l’histoire de ces derniers durant le conflit et plus particulièrement sur le front Argonnais, commençons par répondre à une question.

C’est quoi un fusillé ?

Il s’agit d’un militaire ayant commis un délit ou un crime civil ou militaire pour lequel la justice prévoit l’application de la peine capitale. Une fois condamné par un tribunal ou un conseil de guerre, le militaire est placé devant un peloton qui se charge de son exécution.

Cette définition simple, l’est en fait un peu trop. Elle permet cependant une bonne entrée en matière, même s’il s’agit d’un sujet aux ramifications très étendues. Il est en effet difficile de classer tous les fusillés avec les mêmes critères, puisque chaque cas est différent. Avant de nous pencher sur les chiffres nationaux et locaux, donnons un cadre à ce thème.

Au début du XX° siècle, toutes les armées du monde disposaient d’une justice militaire chargée de sanctionner les déserteurs et les soldats récalcitrants. Pour condamner ces derniers, les tribunaux et les conseils de guerre s’appuyaient sur le code de justice militaire et l’arsenal de sanctions plus ou moins sévères qu’il mettait à leur disposition. La peine de mort était sans aucun doute la sentence la plus extrême, même s’il ne faut pas oublier que bon nombre de nations européennes appliquaient encore la peine capitale pour certains crimes civils.

Au cours de la Grande Guerre, les belligérants n’ont pas tous appliqué les mêmes mesures face aux insoumis. L’Australie, par exemple, choisira de ne pas les condamner à la peine capitale, puisque ses soldats s’étaient tous engagés volontairement pour venir se battre en Europe ou en Orient. En plus de ces différentes attitudes, il est important de prendre en compte l’évolution des mentalités dans le temps. En effet, avec l’enlisement du conflit, certaines nations, comme la France, vont adapter leur politique de répression. Ainsi les armées tricolores fusilleront plus de soldats entre 1914 et 1915, qu’au cours des trois années suivantes, le commandement ayant compris l’inutilité des exécutions pour maintenir l’ordre et la discipline dans ses rangs.

BDIC - Le Claon - Le Valois - VAL 193-152

Triple exécution au Claon en 1916 – BDIC – Fond Valois (VAL 193/152) – Cl. Docteur X

Aujourd’hui, le travail sur les fusillés français est rendu possible grâce à l’ouverture des archives militaires, mais l’accès à ces fonds soulèvent de nombreuses questions et ouvrent surtout de nouveaux débats sur la réhabilitation partielle ou complète de ces hommes. Les médias se sont également emparés du sujet et ils n’hésitent pas à regrouper tous ces militaires sous l’appellation, parfois erronée, de « fusillé pour l’exemple ».

Ce terme ne concerne que les soldats qui ont été condamnés pour un délit précis et dont l’exécution a été utilisée comme exemple pour garantir l’obéissance de la troupe. Or tous les hommes passés par les armes ne l’ont pas été dans ces conditions, certains ont été condamnés pour espionnage ou pour avoir commis des crimes de droits communs.

Florent-en-Argonne blog

Deux tombes de fusillés au cimetière de Florent-en-Argonne (51) – Photographie E.M.

Le livre du Général André Bach, « Fusillé pour l’exemple – 1914-1915 » paru aux éditions Tallandier en 2003, permettra au grand public de découvrir la condition de ces hommes, mais surtout il donnera un cadre historique à ce sujet. Après lui de nombreux historiens se sont penchés sur les fusillés et en quelques années les publications et les ouvrages se sont multipliés, ce qui nous permet de mieux cerner l’histoire et le parcours de ces militaires relégués à la marge de l’armée et de leur pays.

De nos jours, on estime à 2500 le nombre de condamnations prononcées par les conseils de guerre français au cours de la Grande Guerre. Fort heureusement ces dernières ne furent pas toutes appliquées puisque certains hommes ont pu bénéficier de recours en grâce. Les autres ont vu leur peine remplacée par un séjour en prison, un envoi au bagne ou dans un atelier de travaux public. D’autres ont été envoyés dans des unités disciplinaires, mais ces affectations étaient souvent synonyme d’une mort annoncée.

Si l’on s’en tient aux chiffres présentés par le Général Bach dans son livre, les armées françaises ont exécuté près de 650 hommes pour des crimes et des délits militaires, auxquels il faut encore ajouter une cinquantaine de soldats pour des crimes de droits communs et autant pour espionnage. Le bilan pour la France s’élèverait donc à 740 militaires fusillés, mais là encore il faut relativiser cette somme et la considérer comme un minimum. En effet, certains militaires ont été exécutés sommairement sans véritable procès, parfois même au bord d’une route lors du déplacement d’une unité. Ces cas n’ont laissé quasiment aucunes traces archivistiques, ce qui les rend très difficiles à identifier.

Stat fusillé

Statistiques établies par le Général André Bach dans « Fusillé pour l’exemple 1914-1915 » – Tallandier – 2003

Peu avant l’ouverture du Centenaire de la Grande Guerre, le Service Historique de la Défense a annoncé avoir comptabilisé plus de 1000 militaires exécutés au cours du conflit. Ce chiffre peut paraître impressionnant, mais la France ne fut pas la seule à fusiller ses insoumis. L’Italie a passé par les armes près de 750 soldats, les Anglais ont quant à eux tués environ 330 hommes, alors que l’Allemagne ne fera que 48 exécutions. Ces chiffres très nuancés, montrent bien la quasi généralisation de l’application de la peine capitale tant chez les alliés que chez l’ennemi.

Le front Argonnais, comme tous les autres, a eu son lot d’exécutions et après avoir travaillé sur les fonds d’archives, on peut établir un premier bilan, permettant d’estimer que les pelotons ont fait une petite centaine de victimes dans la région. Ces exécutions ne sont pas uniformément réparties sur le territoire, mais suivent plutôt l’évolution du front. La grande majorité de ces dernières ont cependant eu lieu dans les villages et les campements de l’arrière, même si quelques hommes ont été fusillés à seulement quelques centaines de mètres des tranchées.

carte argonne vierge

Fond de carte F. Wittmann – Synthèse cartographique M. Embry

La majeure partie de ces militaires ont été passés par les armes pour des crimes ou des délits commis dans la région, certains ont été jugés et condamnés pour des méfaits commis dans d’autres secteurs.

Année 1914 :

BERTRAND Pierre Lucien
BIGEREL Albert Constant
BOURGEOIS Auguste Charles
CARDON Georges Alexandre
CHEVALIER Jules Louis Lucien
DELATTRE Michel
DESPRES Alphonse Émile
ETCHEVERRY Pierre
FOQUINO Alexandre
GENON Maurice Ernest
HAUBERT Auguste Eugène
JADOT Lucien
LETURGEZ Ernest Auguste
LOCHE Alfred
MAGNIER Léon Séraphin Maurice
NAUDIN Louis Isidore Marcel
SCHMITT Victor
SEVERIN Maurice David
TERRIER Ernest

Année 1915 :

ALEXANDRE Ernest
BARBELIN Pierre André
BENOIT Louis
BERTOUILLE Félix
BESNARD Toussaint
COHET Gaston Charles Joseph
CREN Henri Pierre
CRISTINI Barthélémy
DENES François Marie
DIZAY Maurice Jules Alfred
DUBOIS René Léon Julien
FLAMME Lucien
FIQUET Jules
LABROSSE Antonin
LANGAREL Louis
LEFEVRE Marcel Théodule Louis
LEGER Pierre Lucien
LEPENANT Louis François
LEROUX Fernand Firmin
LEVIEUX Lucien Jean
LOUCHARD Germeuil Georges
MAILLET Marin Hubert
MORET Jean Auguste
PAISANT Marcel Alexandre Barthélémy
PENVERN François Marie
PEYRICAL Léon François
PROUST Clément Gustave
RAVAULT Georges Louis
ROUX Émile Ferdinand
TALBOT André Saturnin
TERREIZ Émile
UDRON Henri Ernest
VIDAL Albert Louis Jean Victor

Année 1916 :

ALBAUD Eugène Joseph
BERNARD Guillaume
BERTIN Joseph
CORD’HOMME René Louis Ambroise
CROIZE Albert
ERMAN René Auguste
FERRAND Fernand Adrien
HENAFF François Marie
JUIN Armand Théophile
LACROIX Augustin Joseph Maurice
LELACHE Louis Alexandre
LEMAIRE Adolphe Clément
LUIGI Virgo
ROBERT Maurice Léon Auguste Émile

Année 1917 :

CHEMIN Marcel Arsène
LE FRANCOIS Adolphe
LEBOUC Marcel Jules Gilbert
MILLE Henri

Année 1918 :

SIMONNET Eugène

Cette première liste permet de voir que les chiffres locaux sont semblables aux statistiques nationales. Elle permet également de voir l’évolution de la mentalité du commandement local, puisque même si 1915, marque un pic notoire avec 33 exécutions, c’est 1914 qui est l’année la plus meurtrière en Argonne avec 19 fusillés en moins de six mois de guerre.

Vous pourrez bientôt découvrir le résumé de chaque procès ainsi que des informations sur les motifs de condamnation de chaque homme.

L’Argonne à l’heure 14:18 tient à remercier la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine pour l’utilisation de certains documents et Madame F. Wittmann pour son fond de carte.

Publicités