Les séquelles environnementales laissées par la Grande Guerre

Ce livre propose une approche plutôt singulière de la Grande Guerre. Son auteure, Isabelle Masson-Loodts, une journaliste indépendante belge, a décidé d’y développer son étude sur les séquelles environnementales laissées par les combats du front de l’ouest.

Couverture du livre "Paysage en Bataille"

Couverture du livre « Paysage en Bataille »

En temps normal, je suis plutôt frileux envers ces « nouvelles » études, que je considère souvent comme très superficielles. De mon point de vue, les historiens actuels centrent trop souvent leurs recherches sur de grandes groupes classés suivant des critères plus ou moins larges, mais où le combattant, l’homme qui se trouvait sous l’uniforme est souvent oublié. Lorsque j’ai rencontrer Isabelle, je dois avouer que j’ai été encore plus septique, puisqu’elle met la Grande Guerre à la « sauce » environnementale. Je dois l’avouer, je ne suis pas friand de cette mode actuelle du tout écolo que nous retrouvons dans les médias et qui souvent sert le commerce. Mes recherches m’amènent plus souvent à aborder l’histoire militaro-militaire, mais surtout à étudier la vie des Poilus en tant qu’individu.

Alors comment en suis-je venu à m’intéresser au travail et au livre d’Isabelle ?

Tout a commencé à l’été 2015, lorsque l’auteure m’a contactée pour visiter un secteur bien précis du front Argonnais. Lors de cette première approche, il n’a pas été question de son travail, mais de celui de son père, le Docteur Patrick Loodts. Il est lui aussi passionné par la Grande Guerre, principalement par l’évolution de la médecine au cours de cette période. Il présente une partie de ses recherches sur son site. Cette sortie devait lui permettre de se suivre les traces d’un certain Louis Maufrais, médecin auxiliaire du 94° Régiment d’Infanterie. Après quelques échanges par mails, un rendez-vous est finalement fixé.

A la date prévue, nous nous retrouvons au pied du Tulipier Sanglant de Vienne-le-Château et après les présentations d’usage, nous prenons la route pour rejoindre le petit hameau de La Harazée. Ce sera le départ d’une randonnée pédestre à travers les forêts Argonnaises, mais surtout l’ouverture pour moi d’un nouvel axe d’étude de la Grande Guerre. Notre petit groupe, composé d’Isabelle, de son mari, d’un photographe qui travaille avec elle et de son père Patrick, s’enfonce rapidement dans le Bois de la Gruerie et chemin faisant le médecin m’explique qu’il souhaite particulièrement se rendre à Bagatelle. Il tient à s’imprégner des lieux qu’a connu le jeune Louis Maufrais en arrivant en Argonne, mais surtout il cherche à comprendre le relief et l’organisation si particulière de ce petit front situé entre Verdun et la Champagne.

Les premiers kilomètres nous permettent de faire plus amples connaissances et rapidement j’entame des discussions très « 14-18 » avec Isabelle. Elle m’apprend qu’elle est diplômée en archéologie, domaine dans lequel elle va travailler pendant près de sept ans. En 2000, elle décide de suivre une irrépressible envie et elle abandonne l’histoire des premiers hommes pour se tourner vers ses contemporains et l’étude de l’environnement qui l’entoure. Son travail journalistique reste cependant très marqué par son cursus initial et elle continuera à s’intéresser à l’histoire, mais contemporaine cette fois. Elle a d’ailleurs coécrit avec son père le livre « La Grande Guerre des soignants. Médecins, infirmiers et brancardiers de la Grande Guerre » qui a été publié en 2009, aux éditions Memogrammes.

Alors que nous traversons grandes futaies et taillis, Isabelle oriente petit à petit la conversation vers son sujet de prédilection.

Les séquelles environnementales de la Grande Guerre!

Dans un premier temps, je suis assez réservé quant à cette approche quelques peu déroutante. Que viennent faire la défense des arbres et de la nature dans l’histoire d’un des conflits majeurs du XX° siècle. Rapidement les discussions sur le biotope local et les combats de la région se mêlent, permettant à Isabelle de me faire voir la Grande Guerre à travers son « regard ». Elle m’explique avoir commencé à étudier ce sujet en 2010 lorsqu’elle a lancé une grande enquête publique baptisée « Paysage en Bataille ». Le but était simple, recenser les sites pollués par les combats et créer une première base de données afin d’étudier les conséquences environnementales actuelles. Dans le même temps, la journaliste a pris son bâton de pèlerin pour arpenter l’ancienne ligne de front entre Ypres et Belfort. Elle va y rencontrer des chercheurs, des membres de l’administration forestière, mais aussi passionnés qui vont l’aider dans son repérage. Après deux ans de travail, elle a récolté assez d’informations pour publier une première série d’articles. Ces derniers lui permettront d’obtenir le soutien du Fond pour le Journalisme pour poursuivre son étude et publier le livre « Paysage en Bataille », sorte de premier bilan de son travail. Elle va peu à peu augmenter sa communication et travailler sur la série audio-visuelle « 14-18 Traces et Empreintes », mais aussi sur la série radiophonique « Dernières nouvelles du front », qui seront diffusées pendant l’été 2014 par La Première (RTBF).

Plus nous nous approchons de Bagatelle et plus je m’immerge dans la vision du front d’Isabelle. La première des pollutions évoquées ensemble est celle de l’eau. Avec les millions de munitions tirées au cours des combats, il est tout à fait possible que les nitrates ou autres molécules chimiques aient traversé les sols pour contaminer les nappes phréatiques. Cette eau que nous consommons tous les jours sur l’ancien front vient de ces réservoirs naturels et pourtant même avec les moyens techniques modernes, il est impossible de dire si ils ont été pollués ou non par ces agents chimiques. Les relevés et autres analyses de l’eau potable sont assez récents, ce qui restreint toute remontée dans le temps et donc toute conclusion. On pourrait croire que ce type d’atteintes à l’environnement se limitent aux zones de combat, mais non! Isabelle me parle d’un cas pollution directe en Belgique. Après les guerres, les démineurs ont ramassés une grande quantité d’obus à gaz sur le champ de bataille, mais ces munitions n’étaient pas « recyclable » à l’époque, alors ils reçurent l’ordre de les immerger en pleine mer. L’oxydation a rongé les obus et après près d’un siècle passé sous les flots, le gaz qu’ils contiennent sous forme liquide se diffuse petit à petit aujourd’hui dans le milieu maritime. A force de discussions, certaines de mes recherches militaro-militaires prennent un autre sens. Je repense alors à un cas qui a eu lieu dans la région à la fin de l’année 1914 et une bride de journal des marches et opérations me revient en mémoire.

J’explique à Isabelle, qu’un dépôt de munitions a accidentellement sauté le 30 décembre dans le village du Neufour. A ce jour je n’avais résonné qu’en pertes humaines et matériels en mettant inconsciemment de côté une petite information. Après déblaiement du site, les soldats retrouveront des obus sphériques pour mortier de 15 n’ayant pas explosés. Le commandement, les jugeant trop instables, prendra la décision de les faire noyer dans la Biesme toute proche. Ces munitions ont pollué le cours d’eau à l’époque et il est tout à fait possible qu’elles continuent à le faire puisque nous ne savons pas si elles ont été enlevées.

En début d’après-midi nous sommes de retour aux véhicules et le petit groupe me remercie de les avoir accompagnés sur le terrain. Nous discutons encore quelques minutes avec Isabelle, qui a réussis à me convaincre du bien fondé de ses recherches. Avant de nous quitter elle m’offre son livre, que je lirais dans les jours qui suivront.

Dans son ouvrage, Isabelle nous propose de la suivre dans sa quête des séquelles laissées par la Grande Guerre sur l’environnement. Elle commence par arpenter sa Belgique natale, d’abord à Ypres pour rencontrer plusieurs autorités et participer au The Last Post, une cérémonie émouvante qui a encore lieu de nos jours à la Porte de Menin et ce depuis 1928. Après de longues négociations, elle parvient à obtenir l’autorisation d’entrer dans l’usine de Poelkapelle, où les démineurs belges traitent les munitions chimiques des deux dernières guerres. Elle continue ensuite ses recherches dans d’autres secteurs du front, notamment le Chemin des Dames et l’Alsace. Son enquête l’emmène également à Verdun, où elle croise la route de deux scientifiques allemands, de l’Université Gutemberg de Mayence. Ils étudient la « Place à Gaz » ! Un lieu qui a servi à incinérer près de 200 000 obus chimique au sortir du conflit. Aujourd’hui encore on relève dans cette zone des taux d’arsenic ou de métaux lourds bien supérieurs à la normale, pourtant la population meusienne n’a appris son existence que très récemment.

En bref, « Paysage en Bataille » vous fera découvrir le Grande Guerre à travers les yeux d’Isabelle Masson-Loodts. Une vision mêlant l’environnement à la vie des combattants de 1914 et l’histoire à l’impact actuel de la première grande guerre industrielle que connue la planète.

Si vous voulez de plus amples informations sur le projet « Paysage en Bataille » d’Isabelle Masson-Loodts, vous pouvez consulter sa page Facebook ou son blog. Pour vous procurer le livre « Paysage en Bataille » prenez contact avec la maison d’édition Nevicata.

Publicités